CELLE QUE TOUT LE MONDE ATTENDAIT : Frédéric LAFOND

11 juillet 2009 - 08:02

Il est de ces personnages qui ne passent pas inaperçus. Illustres ou méconnus, stars ou anonymes, certains développent une attirance particulière liée, la plupart du temps, à un caractère trempé. C’est le cas de Frédéric Lafond (Tacot pour les intimes). Il suffisait de voir l’affluence lors de son interview pour se rendre à l’évidence que ces questions / réponses allaient être attendues.

 

 

NOM PRENOM : Lafond Frédéric – 42 ans

 

TON PARCOURS SPORTIF :

Paradoxalement, j’ai débuté par le rugby à Sainte-Florine de 6 à 8 ans. Puis, j’ai rejoins le club de Lempdes jusqu’en cadet. J’ai été appelé en sélection Haute-Loire mais n’est pas été pris. J’ai fait un intermède d’un an à Allanche où mon grand père avait quelques amitiés (on se déplaçait dans un car tout pourri et je jouais alors sous fausse licence). Jusqu’à 20 ans, j’ai été lempdais puis, après deux saisons à Frugères, Papy Narce m’a conseillé de signer à Vergongheon pour gagner en qualité et en encadrement. J’ai débuté en première avec Néné comme coach, latéral en promotion d’honneur. Ca fait maintenant 22 ans que je suis au club.

 

DES BONS SOUVENIRS :

Deux matchs de Coupe de France :

-         le 1er contre Aurillac à la maison. Le tour précédent on se qualifie et on savait qu’on tomberait contre eux. Je me suis préparé tout seul, dans la tête, prêt à livrer une grande bataille. On perd lourdement mais on n’avait pas été ridicules.

-         Le 2ème contre Brioude. Je m’en rappelle d’autant plus que je marque de la tête sur un centre au cordeau de Chalum (Jean Marc Poulignier). Score final 2 – 1 pour nous dans ce derby endiablé.

J’adore ce genre de match, celui où tu sens l’adrénaline monter. C’est le mental qui fait la différence et pour cela, j’ai toujours été motivé. Ca a toujours été mon point fort le mental.

 

DES MAUVAIS SOUVENIRS :

Une saison avec Lempdes avec qui je prends 6 mois de suspension. Une saison pénible car sur le fond on devait monter mais on n’accède pas au niveau supérieur.

C’est mon seul mauvais souvenir.

 

DES JOUEURS QUI T’ONT MARQUE :

Des gars avec qui j’ai joué. A Lempdes, Minot et Dominique Chabrol (le mam), deux très bons joueurs mais qui n’ont pas voulu quitter leur clocher. A Vergongheon, Jean-Marc Poulignier pour son jeu, sa simplicité et son cœur, Francis (pour mon premier match à Vergongheon contre La Combelle et la victoire à la clé) qui sortait des parties de fou, Serge Bard (pour moi comme Chalum : des emblématiques). Et surtout des joueurs qui me correspondaient mentalement (Toto Bard et François Loubat) des vainqueurs, des gars qui avaient la hargne. Des joueurs qui s’engageaient sans tricher (il fait un geste rageur du bras).

 

DES DIRIGEANTS QUI T’ONT MARQUE :

Certains vont sourire mais le premier qui me vient à l’idée c’est Jean Claude (Papy) Narce. C’est celui qui m’a permis de m’émanciper au niveau du foot et qui a fait la passerelle entre Frugères et Vergongheon. Il jugeait que j’avais le niveau. Pour cela, il a tout mon respect.

En second lieu, Néné Boulard qui m’a fait débuter en première et qui a su me catalyser tant en entraineur qu’en président. Mais aussi et encore Jean-Marc Poulignier qui est vergongheonnais jusqu’au bout des ongles et qui n’a jamais fait défaut.

 

L’AVA POUR TOI :

L’AVA c’est tout ! J’ai passé 22 ans dans ce club. J’ai toujours joué. Aujourd’hui, ce sont mes gamins qui prennent la relève. Je fais le maximum pour les encourager. Peut-être trop parfois. Je suis impulsif mais je ne suis pas rancunier. Sur le moment, j’ai tendance à craquer mais, une fois le match déroulé, j’oublie tout.

J’aurais aimé venir dans ce club en débutant quand on voit la qualité de l’encadrement. Personnellement, j’ai eu des hauts et des bas mais, comme je l’ai dit, je ne garde aucune rancune. Et puis, c’est ce club qui m’a permis de me « poser » psychologiquement. Même si parfois c’est dur, j’imagine mal ce que cela aurait pu être dans d’autres clubs. C’est marrant, quand j’étais à Lempdes, j’ai critiqué ce club comme pas deux. Puis une fois dedans, j’ai compris bien des choses. Pour Lempdes aussi, je n’ai pas de rancune. De toute façon, c’est la vie, elle n’est pas facile, il faut se battre mais c’est plus facile quand on a des gens pour nous épauler. C’est ça l’AVA !

Commentaires

tonylamalice43 14 juillet 2009 14:29

C'est un vrai bonhomme notre Tacot!!!C'est vrai qu'il est un peu impulsif mais lui l'AVA il l'a vraiment au fond de son coeur!!!

2 belles affiches au Pelissero 1 jour
Une défaite mais un bon match 4 jours
0-3
VALS PRES LE PUY / AVA 2 6 jours
VALS PRES LE PUY / AVA 2 : résumé du match 6 jours
2-1
CLERMONT FOOT / AVA 1 6 jours
CLERMONT FOOT / AVA 1 : résumé du match 6 jours
5-3
BEAUMONT U.S / U18 PH 7 jours
BEAUMONT U.S / U18 PH : résumé du match 7 jours
Tout le monde en piste ! 9 jours
Une victoire importante 11 jours
7-0
AVA 3 / ST VIDAL 13 jours
AVA 3 / ST VIDAL : résumé du match 13 jours
1-0
AUZON AZERAT AC / AVA 2 13 jours
AUZON AZERAT AC / AVA 2 : résumé du match 13 jours
2-1
AVA 1 / C.S. PONT DU CHATEAU 13 jours

ORGANIGRAMME EDUCATEURS 2016/2017