Babeth Sicard, une bénévole comme on n'en voit plus beaucoup!

18 novembre 2015 - 19:18

Depuis quand fais-tu partie du club ou depuis quand suis-tu le club de près ?

Il y a d’abord eu mon papa, Louis Dal-Pont (mais il jouait avant ma naissance donc là…mais je suis quand même fille d’avéiste !!!), puis mon oncle, Bernard Bardy, qui a joué avec Néné Boulard notamment. Il m’arrivait d’aller le voir jouer avec mes parents mais encore une fois, j’avais une dizaine d’année et je dois dire que ça ne m’intéressait pas plus que ça. Est venu ensuite le tour de Christian, mon mari. Il jouait bien avant que nous soyons ensemble. Ensuite, il y a eu son frère Jérôme (dit « Couille »).

En 1997, Nicolas, mon fils ainé a fait une année en débutant avec Bébert Gire aux côtés de Joris Pradon, Baptiste Courtet etc… Et enfin en 2000, Néné (président de l’époque me semble-t-il) est venu chercher Rémi pour le faire jouer en pré-débutant. Le virus était né !!! A partir de ce moment-là, j’ai fréquenté les stades la quasi-totalité de mes week-ends (à domicile comme à l’extérieur).

En dehors de l’AVA, t’intéresses-tu au foot ? 

Bien sûr que je m’intéresse au foot en dehors de l’AVA. Ça c’est l’effet Coupe du Monde 98 ! A cette époque-là, ma mère tenait le bar « Au rendez-vous des Amis » (pour ceux qui ont connu), situé à la place de l’actuel « Freedom Café ». On suivait ça de près. Lorsque les Bleus ont commencé à passer les quarts de finale, puis les demis, c’était génial. Pour la finale, ça avait été encore un grand moment : le bar était plein, tout le monde était chaud-bouillant, tous en bleu-blanc-rouge. Quelle fête ! Pour la petite histoire, Fabrice Andrieux (il va me maudire) était monté sur le comptoir et nous avait fait voir ses fesses après un but de l’équipe de France. Sa maman, qui était présente aussi, ne s’en est toujours pas remise je suis sûre !!

Sinon, depuis longtemps, ma famille supporte les « Verts » et quand je peux, je regarde leurs matchs. Je suis également les résultats de l’équipe de France.

Qu’est ce qui t’as poussé à t’investir dans le club ?

Avant l’AVA, j’ai fait partie d’autres associations telles que « le Cochonet Lubiérois », le comité des fêtes, la troupe des Majorettes et bien sûr l’APE où je suis restée 16 ans. Lorsque j’ai démissionné de la présidence de l’APE en 2010, j’ai passé environ une année sans participer à aucun bénévolat (je me suis rendue compte que ce n’était pas pour moi finalement !). Puis un jour, Stéphane Chalier m’a appelée en me demandant si ça m’intéresserait de faire partie du comité directeur. Je n’ai pas réfléchi longtemps et ai accepté sa proposition. Je suis donc entré au CD en 2012/13 en tant que trésorière adjointe au côté de Joëlle.

Quels ont été tes différents rôles au club ?

Comme je l’ai expliqué plus haut, j’étais présente sur les déplacements de l’équipe de Rémi. Avec les quelques parents qui accompagnaient, on emmenait et surveillait les gamins qui venaient sans leurs parents. On s’investissait à notre manière.

Dans les années 2000 donc, en tant que maman, je suis devenue bénévole au moment du tournoi de fin d’année. J’ai d’abord commencé au « coin restauration », puis j’ai rejoint le « coin frites ». Depuis, c’est bien connu, accompagnée de ma copine Françoise aux merguez, je ne l’ai pas quittée ! Mais je dois avouer maintenant, que vu mon « grand âge », j’aimerais bien passer le relai et prendre un peu de recul.

Ensuite, quand je suis rentrée au CD, j’étais trésorière adjointe et je m’occupais principalement de régler les frais de déplacement des joueurs (les fameuses enveloppes qui m’en ont tant fait voir) et j’ « essayais » de gérer les frais d’arbitrage.

En quoi consiste ton rôle actuel au sein du club ? (de quoi t’occupes-tu, quelles sont les « tâches » principales que tu effectues ? etc…)

Actuellement, je suis en coprésidence avec Stéphane et Francis. Mon domaine est l’extra-sportif. Je m’occupe essentiellement d’organiser les différentes manifestations qui se déroulent tout au long de la saison, comme le repas dansant qui vient d’avoir lieu, le loto et les différents tournois. Je représente aussi le club pour le Téléthon et l’arrivée du Père Noël (pour laquelle je suis trésorière) aux côtés des autres associations communales qui y participent.

Meilleur(s) souvenir(s) à l’AVA, au niveau sportif ?

Mon meilleur souvenir à l’AVA côté sportif, c’est la finale de coupe de la Haute-Loire disputée par l’équipe première en 2013. Nous avons fait un superbe déplacement avec des supporters plus motivés que jamais ! Trois bus remplis d’avéistes, toutes générations confondues, aux couleurs de notre club, c’était impressionnant. En plus, j’étais tellement fière de voir jouer « mon petit » en équipe première, même s’il n’était que remplaçant (car pour moi c’est toujours une fierté de voir évoluer mes enfants dans les choses qui leurs tiennent à cœur). Et pour finir, ce qui m’a émue ce jour-là, c’est au coup de sifflet final, lorsque les supporters ont, malgré la défaite, envahi le terrain pour remercier une fois de plus nos joueurs de nous avoir permis de vivre ça !

Pour l’anecdote, (il ne va sûrement pas être content), mon « Troischopines » était tellement déçu que je l’ai pris dans mes bras en bonne maman que je suis et il s’est mis à pleurer.

Meilleur(s) souvenir(s) à l’AVA, au niveau EXTRA sportif ?

Mon meilleur souvenir extra-sportif, c’est en fait toutes les manifestations organisées par le club. Je prends plaisir à m’y investir et je suis contente lorsqu’on réalise un beau bénéfice.

J’ai un petit coup de cœur quand même pour le tournoi des jeunes de fin de saison. C’est beaucoup de travail, c’est épuisant mais on y passe de très bons moments tous ensemble. Je conseille à tout le monde d’essayer. Il faut signaler que mon « record frites » est de 275 kg sur 2 jours !!! Il est à battre ; à bon entendeur…

Enfin, que représente l’AVA pour toi ?

Je ne vais pas être très originale mais pour moi l’AVA représente une grande et belle famille. Moi qui suis passé par plusieurs associations, je n’ai jamais connu cette ambiance ailleurs (surtout quand il n’y a que des filles ! C’est bien connu, les filles ensemble, ça ne fait pas bon ménage).

Ici, tout le monde s’entend super bien, que ce soit sur le terrain au sein des équipes ou au niveau des supporters. Quant au Comité Directeur, j’y ai trouvé des gens que j’apprécie vraiment et qui ne jugent personne. L’ambiance est bonne. Lorsque l’on se réunit, on passe de très bons moments. Bien qu’étant la seule représentante féminine désormais (puisque mes copines m’ont lâchée), je pense m’y être fait une place (sinon, dites-le moi !). La seule femme entourée de 20 gars : même pas peur ! Je ne me laisse pas faire et lorsque j’ai quelque chose à dire, je le dis. Mais jusqu’à présent tout se passe pour le mieux. Pourvu que ça dure.

Commentaires

ORGANIGRAMME EDUCATEURS 2016/2017